Raisonner la protection fongicide des blés

Raisonner la protection fongicide des blés

Novembre 2017

 

Protéger ses blés, c’est raisonner depuis le choix de la variété jusqu’à la décision d’intervention au champ.

Les experts agronomiques de la structure EASI’NOV rappellent ce mois-ci aux agriculteurs adhérents des coopératives partenaires Easi’Nov quelques clés pour un raisonnement optimal tout au long du cycle de la culture :


  • Les variétés résistantes aux maladies : un premier choix déterminant !

     La sélection variétale a permis de fournir des variétés de blé alliant un bon niveau de tolérance aux maladies foliaires et un haut niveau de productivité et de qualité. Aujourd’hui, les agriculteurs ont fait le choix de semer préférentiellement ces variétés, et cela est déjà un constat que nous faisons sur le terrain : près de 2/3 des variétés de blés emblavés sont classées peu sensibles à très peu sensibles (note CTPS supérieure ou égale à 6) à la maladie principale, la septoriose.

  • Les conditions d’implantation : minimiser l’inoculum pour limiter la propagation des maladies dès le semis
    • Précédent et travail du sol :

      La gestion des résidus est le premier réflexe pour assainir la situation de départ. En effet, le travail du sol va permettre d’enfouir l’inoculum de la maladie, présent sur les résidus du précédent, pour la culture suivante.

    • Dates de semis et densité :

      Plus les dates de semis seront précoces, plus la culture sera soumise à un nombre de cycles de maladies importants durant l’automne (piétin échaudage/piétin verse, rouille brune en 2007, rouille jaune en 2008 et 2014, septoriose 2016…). A contrario, le risque maladies est moindre pour les dates de semis plus tardives.

  • Raisonnement de la protection : comment adapter sa stratégie ?
    • S’adapter à la sensibilité variétale

      : En raisonnant a priori, par rapport à la nuisibilité attendue, une variété tolérante n’aura pas besoin de la même protection qu’une variété sensible. Doses, fréquences/nombre de passages doivent donc être adaptés en conséquence.

    • S’adapter aux conditions climatiques de l’année : En saison, en fonction des conditions climatiques du printemps, le raisonnement a priori sera à conserver en l’état ou à adapter à la hausse ou à la baisse. Une situation à risque moyen, que l’on avait prévu de gérer avec 2 passages fongicides, pourra ainsi être modifiée (dose par passage ou nombre de passages).

    • Et piloter !  Des modèles agro-climatiques permettent d’évaluer les niveaux de contaminations sur les différents étages de feuilles.  Les coopératives EASI’NOV proposent des outils (OAD) de pilotage de la protection fongicide.

Cet article est un résumé des recommandations proposées aux adhérents des coopératives par les experts agronomiques EASI’NOV. Pour consulter la note complète, rendez-vous dans l’extranet de votre coopérative (contenu réservé aux agriculteurs adhérents). Sélectionnez ci-dessous votre coopérative.

AGORA
VALFRANCE
2019-01-10T16:41:24+00:00